L’Eglise selon Matthieu

Le Doc interroge ici le rapport de l’évangile de MATTHIEU à l’Église, ce que les savant appellent avec joie son ecclésiologie. Mais, nous qui avons déjà lu passionnément les pages qui précédent, en particulier celles sur la Communauté matthéenne ou le Christ selon MATTHIEU, ou, si, par hasard, inadvertance ou simple méconnaissance, ne l’avons pas encore fait et allons donc nous empresser de suite d’y remédier, nous savons que ce lien n’est pas extérieur, mais bien interne. En effet, l’évangile est aussi l’oeuvre d’une communauté en situation. Autrement dit, l’évangile selon MATTHIEU pense l’Église en se pensant elle-même, dans son rapport vivant à JÉSUS-CHRIST, dans sa vie concrète et particulière. Voilà qui rend les choses, là encore, complexes et magnifiques, magnifiques parce que complexes, ouvertes, dynamiques. C’est pourquoi le Labo, ayant grand souci de la vie de ses lecteurs, propose deux pistes, une piste verte pour les premiers flocons, une piste noire pour les amoureux de l’aventure, des grands espaces et du hors-piste.

 

Piste verte

 

Elle arrive…

 

Piste noire

 

Longtemps, Mt fut considéré comme l’évangile de l’Église par excellence. Disons plutôt que la christologie matthéenne (le Christ comme Emmanuel = « Dieu avec nous ») est immédiatement ouverte sur une ecclésiologie.

 

1. Une Église structurée

 

Dans Mt, l’Église (2 récurrences du mot ecclesia, en 16, 18 et 18, 18) est fondée par JÉSUS Christ, fils du Dieu vivant1, présent2 dans la communauté3, convoquée par le ressuscité loin de JÉRUSALEM, aux frontières, sur la montagne4, en GALILÉE5, terre mélangée6. Elle est construite sur le modèle des disciples historiques du JÉSUS terrestre. Ceux-ci :

 

  • Sont appelés. Cf. les 3 récits d’appel en 4, 18-20 (PIERRE & ANDRÉ).21-22 (JACQUES & JEAN) ; 9, 9 (MATTHIEU) : structure ternaire = rencontre et vision par Jésus-appel : « Suis-moi »-réponse/abandon et errance (8, 18-27). L’appel suppose un attachement exclusif7, qui tranche avec le rapport des disciples aux autres maîtres en ISRAËL.
  • Vénèrent le Christ8, devenu le « Seigneur »9. D’où la centralité de la question : « Pour vous, qui suis-je ? »10.
  • Se reconnaissent comme pécheurs pardonnés.
  • Écoutent11comprennent12, contrairement à la présentation dans Mc ((Voir cependant 13, 36 ; 15, 16 ; 16, 9 et 17, 13.)) ou aux foules13, et obéissent au Seigneur14. Cette compréhension et cette obéissance sont une réponse à la Révélation du Christ15, un acte de la sequla christi (primat chronologique de l’annonce du Royaume sur l’affirmation de l’exigence de l’obéissance).
  • Annoncent à tous16, i.e. sans conditions préalables, le Règne de Dieu17 avec lequel, cependant, elle ne se confond pas. Cette annonce prend la forme d’un souvenir18, en particulier de l’enseignement reçu de Jésus en aparté19, d’un discernement20, et d’un enseignement21. Ce schéma reprend la structure fondamentale de l’AT (peuple mis à part pour le monde), l’annonce prophétique d’une alliance nouvelle22 et le schéma pharisien de la Torah orale (en fait “toute la Torah ») transmise fidèlement du maître (Jésus) aux disciples.
  • Prient23 pour le monde en s’unissant à la prière de JÉSUS24.
  • Pensent leur foi et l’exposent avec intelligence.
  • Produisent les signes du Royaume de Dieu :
    • le service mutuel25,
    • l’amour et la fraternité internes26 comme externes27.
    • le pardon28.
    • la correction fraternelle29, radicalisation de Lv 19, 18.
    • les sacrements30.
  • Portent du fruit31, ce qui ne sera révélé qu’au jour du jugement.
  • Attendent32 dans l’espérance la parousie et le jugement33, le temps de la moisson34, qui se fait attendre35.

 

PIERRE (mort vers 62) est la pierre de fondation de l’Église. Il se présente souvent comme le porte-parole des Douze36. Il reçoit les clés (capacité herméneutique ; puissance sacramentelle) du Royaume37, don du Père, bien qu’il demeure pécheur38, et même tentateur39Le groupe des Douze a lui aussi reçu une part de l’autorité du Maître40Les disciples ont acceptés de suivre JÉSUS41. Ils sont juifs42 et païens43. Ils sont apôtres44, car l’Église du ressuscité n’est pas pour elle, mais pour le monde45. Ils occupent une place centrale dans l’économie de la Révélation comme :

 

  • des thaumaturges.
  • des exorcistes46
  • des justes47
  • des docteurs48
  • des Prophètes49, itinérants50, capable d’interpréter les signes des temps51, i.e. de voir52, d’entendre53, lieux de béatitudes54, et de comprendre55, grâce à l’Ecriture56 et à la proximité avec JÉSUS. La prophétie ne garantit pas de la sainteté57. Ce ministère est aussi défini par PAUL, et dasn certains textes comme 2 P, Jn, les logia et la Di.
  • des scribes58, chargés d’actualiser les traditions reçues.
  • des sages59.
  • des témoins du ressuscité.

 

La continuité avec ISRAËL est bien marquée. L’Église est le « véritable Israël »60, mais pas un « nouvel ISRAËL »61, titre inconnu du NT, potentiellement de la pensée marcionite, voire substrat d’un insupportable anti-judaïsme.

 

2. Une Église en tension

 

Cependant, l’Église matthéenne s’affronte à de grandes difficultés62, tant intérieures qu’extérieures :

 

2.1 Difficultés intérieures (réalisme pastoral) :

 

Les difficultés intérieures sont de trois ordres.

 

D‘abord, l’Église demeure mêlée63, affaiblie en elle-même, car elle est aussi constituée de croyants infidèles, i.e. indignes64, car incrédules65, peu instruits66, attiédis67, au cœur dur68, menacés par le gain69, les conflits internes70, l’hypocrisie71, l’injustice72, le mensonge73, l’orgueil74, le miraculeux75 et le légalisme76, mais aussi par les faux-prophètes77. L’excommunication est possible78. La question est donc moins la conversion que la fidélité dans la foi. Elle explique l’importance du thème du jugement.

 

Ensuite, la théologie matthéenne de la Loi implique un rapport en tension avec les prescriptions de la Torah : pureté rituelle, circoncision, sabbat79, jeûne, aumône, prière80, impôt dû au Temple81, dîme82. Cependant le primat du commandement d’amour universel permet un arbitrage au cas par cas.

 

Enfin le lien entre les pagano-chrétiens (dans la mouvance de PAUL, en pleine progression) et les judéo-chrétiens, surtout d’origine palestinienne, (question de la caducité de la Loi et de la fidélité à ISRAËL)83 semble s’avérer problématique.

 

2.2 Des difficultés extérieures

 

Cette Église s’affronte84 aussi à trois difficultés extérieures.

 

D‘abord l’hostilité de l’institution religieuse juive, clairement réduite par Mt à ses dirigeants85, puis étendue à JÉRUSALEM86 et aux foules obéissantes87. Ses élites coupables sont : les scribes88, les Anciens du peuple89, les Pharisiens, les Grands Prêtres. Toute cette élite, à la fois divisée mais unifiée contre JÉSUS, est certes informée90, mais légaliste91 et hostile, à la fois pour des raisons religieuses92 et nationalistes93. Cette opposition menace l’élection d’Israël94 et doit servir d’avertissement à l’Église95. Mt est donc un évangile contemporain du débat sur les rapports entre le judaïsme synagogal et le judaïsme apocalyptique chrétien. Nous savons que celui-ci est finalement tranché par l’expulsion des Chrétiens de la Synagogue, décision actée dans la prière de la Birkat ha-minin96. Á ce titre, Mt demeure d’actualité, en particulier dans le débat sur la réception de VATICAN II,. En effet, il reprend, en des termes classiques dans l’univers prophétique et apocalyptique, la responsabilité de l’Église97 qui n’existe que pour porter du fruit98.

 

Ensuite la lenteur de la conversion aux frontières, i.e. en SAMARIE, GALILÉE et TRANSJORDANIE99.

 

Enfin, la méfiance de l’Empire romain potentiellement hostile. Après 70, l’Empire surveille toutes les formes de messianismes, à cause de leur dérive potentielle en sédition politique.

 

Cette insistance sur les difficultés, tant extérieures qu’intérieures, et la présence du mal100 explique peut-être le caractère parfois pessimiste de Mt101. Car une question demeure dans sa tragique possibilité : le refus d’ISRAËL va-t-il se renouveler dans l’Église du Christ102 ?

 

  1. Cf. 16, 16. []
  2. Cf. 1, 23 // 28, 20, à la fois reprise d’Ex 3, 14 et explicitation du nom donné par l’Ange : Emmanuel. []
  3. Cf. 18, 20 ; Cf. thème juif de la Shekhinah, retirée lors de la destruction du Temple. []
  4. Cf. 4, 8 ; 5, 1. []
  5. Cf. 28, 16-20. []
  6. Cf. 4, 14-16. []
  7. Cf. 10, 37 //; 16, 24; 19, 21; 23, 8-10. []
  8. Cf. 8, 10 ; 15, 28 ; 9, 2.22.29 ; 28, 17 // 2, 11. []
  9. Cf. 8, 25, etc. []
  10. 16, 14 ; voir aussi 11, 13. []
  11. Cf. les disciples, auditeurs des 5 grands discours, et destinataires d’enseignements particuliers : 9, 37-11, 1 ; 13, 10-23 ; 16, 24-28 ; 17, 10-13.19-20 ; 18 ; 19, 23-20, 19 ; 21, 21-22 ; 24, 1-2 ; 24, 3-25, 46. []
  12. Cf. 13, 11 ; 13, 51 ; 16, 12 ; 17, 13. []
  13. Cf. 13, 10-17 + citation d’Is 6, 9-10. []
  14. Cf. 7, 13-27 ; 12, 46-50 [réduction des familiers de Jésus aux seuls disciples, hommes du faire]. Voir la figure typique de JOSEPH [1, 24-25 ; 2, 14.21] ou le cycle de la suivance du Christ [8, 18-9, 13 ; thème spirituel de la sequla christi]. []
  15. Cf. 13, 11-12 ; 16, 17 ; 19, 16-22. []
  16. Universalité pascale [28, 26-20; Comparer avec 10, 5-6], accomplissement de la promesse de Gn 12, 3 [Cf. 1, 1, présentant Jésus comme descendant d’Abraham] ; 4 femmes étrangères de la généalogie ; visite des mages ; miracles envers les exclus [lépreux, païens, femme] ; 8, 5-13 ; 21, 28-22, 14. []
  17. Cf. 28, 19. []
  18. Cf. 16, 9. []
  19. Cf. 10, 27. []
  20. Cf. le thème de la germination : 7, 16 ; 21, 41; à l’inverse : 13, 21, 30.39.48. []
  21. Cf. 28, 20. []
  22. Cf. 3, 9. []
  23. Cf. 18, 19. []
  24. Cf. 6, 7-13 ; 26, 40-41. []
  25. Cf. 18, 6.10-14. []
  26. Cf. 23, 8. []
  27. Cf. 25, 31-46. []
  28. Cf. 5, 23-24 ; 6, 12-15 ; 9, 13 ; 18, 22-35. []
  29. Cf. 18, 15-18. []
  30. Baptême [28, 19 // 3, 13-17], réconciliation [18, 18] ; autorité [9, 6-8]. []
  31. Cf. 7, 16 ; 13, 23 ; 21, 22-46. []
  32. Thème de la veille : 24, 42 ; 25, 13 ; 26, 38. []
  33. Cf. 23, 38-39. []
  34. Cf. 21, 34.41. []
  35. Cf. 24, 36.48-49 ; 25, 5.19. []
  36. Cf. 15, 15 ; 17, 24-27 ; 18, 21. []
  37. Cf. 16, 17-19 = béatitude ; 18, 19. []
  38. Cf. 14, 22-33. []
  39. Cf. 16, 23. []
  40. Cf. 10, 8.14. []
  41. Cf. 8, 22 ; 9, 9 ; 4, 20-22 ; 8, 23. []
  42. Cf. 10, 6 ; 15, 24. []
  43. Cf. 2, 1-12 = les mages, premiers adorateurs ; 4, 25 ; 5, 13-16 ; 8, 5-13 ; 12, 18-21 ; 15, 21-28 ; 22, 9 ; 24, 9.14 ; 25, 32 ; 26, 13 ; 27, 54 ; 28, 19. []
  44. « Envoyés »; Cf. 10, 2.5. []
  45. Cf. 28, 16-20. []
  46. Cf. 7, 22. []
  47. Cf. 10, 41. []
  48. Cf. 23, 10. []
  49. Cf. 10, 40-42 ; 13, 16 sq.52 ; 23, 34; Cf. 7, 15.21-23 ; 23, 8-12. []
  50. Cf. 10, 41 = thème de l’accueil du prophète. []
  51. Cf. 16, 3. []
  52. Cf. 2, 2.10 ; 11, 4 sq. []
  53. Cf. 5, 21.27.33.38.43. ; 7, 24.26 ; 13, 9.19-23.43, etc. []
  54. Cf. 13, 16 sq. []
  55. Cf. 13, 23 ; A contrario, 16, 9. []
  56. Cf. 24, 15 [Dn] ; 26, 56 [les prophètes], etc. []
  57. Cf. 7, 15-23. []
  58. Cf. 13, 23 : recherche de l’intelligence de la Parole ; 13, 52 = « scribe instruit du Royaume des cieux » ; 23, 34 : associés aux prophètes et aux sages. []
  59. Cf. 23, 34. []
  60. 5, 17. []
  61. Cf. TOB, p. 42. []
  62. Cf. 30, 34 sq. []
  63. Cf. 13, 24-30 ; 36-40.47-50 ; 22, 10 ; Cf. AUGUSTIN et le concept de corpus mixtum. []
  64. Cf. 3, 8 ; 10, 10-13.37 ; 22, 8. []
  65. Cf. 6, 30 ; 8, 26 ; 14, 31 ; 16, 8 ; 17, 20 ; 28, 17. []
  66. Cf. 13, 19 ; thème connexe de la paresse [25, 26], de la folie [7, 26 ; 25, 2.8] et de l’aveuglement [23, 17.19]. []
  67. Cf. 5, 48 ; 6, 33 ; 13, 16-43.47-50 ; 19, 21 ; 24, 12 ; 25, 1-30. []
  68. Cf. 25, 24 ; comp. 11, 29. []
  69. Cf. 6, 24 ; 7, 21-23 ; 13, 22. []
  70. Cf. 10, 36 ; 20, 22. []
  71. Cf. 7, 5.23. []
  72. Cf. 5, 45. []
  73. Cf. 5, 11. []
  74. Cf. 11, 25. []
  75. Cf. 7, 21-23. []
  76. Cf. 5, 48 ; 18, 22. []
  77. Cf. 24, 11. []
  78. Cf. 18, 14-18 ; Cf. Dt 17, 7, repris par 1 Co 5, 13. []
  79. Cf. 24, 20. []
  80. Cf. 6, 1-18. []
  81. Cf.17, 24-27. []
  82. Cf. 23, 23. []
  83. Cf. 5, 17-20. []
  84. Cf. le thème de la tempête : 8, 23-27. []
  85. Comp. 21, 33-41 [parabole des vignerons] et Is 5, 1-7 ; le mot juif n’apparaît en Mt que dans la formule « roi des Juifs » [2, 2 ; 27, 11.29.37] et en 28, 25. []
  86. Cf. 23, 37-38 ; 24, 2 // Jr 2, 26 ; 26, 6.11, inversant Gn 12, 3 ; 22, 18. []
  87. Cf. 27, 20-25 ; Cf. Jr 26, 15. []
  88. Cf. 2, 3-4 ; 5, 20 ; 7, 29 [« leurs scribes »]; 9, 3 ; 12, 38 ; 15, 1 ; 16, 21 ; 20, 18 ; 21, 15 ; 23 ; 26, 57 ; 27, 41. []
  89. Cf. 21, 23 ; gr. presbuteroi. []
  90. Cf. 2, 5 ; 27, 63. []
  91. Cf. 5, 34-37 ; 11, 28-30 ; 23, 16-22. []
  92. Blasphème; Cf. 26, 65 sq. []
  93. Cf. le thème commode du Christianisme comme menace de l’unité d’ISRAËL. Rappelons que JACQUES fut lapidé dès 62 (Cf. Ac 8, 1). La Première Guerre juive à partir de 66 et, semble-t-il, le retrait consécutif des Chrétiens à PELLA, a provoqué une première division. []
  94. Cf. 8, 11-12 ; 10, 15 ; 11, 22-24 ; 12, 32 ; 21, 12-22 [geste prophétique].33-43 ; 22, 1-14  [Parabole du festin]; 27, 23-25 ; 28, 19 ; à comparer avec Rm 11, 29. []
  95. Cf. 8, 5-13 [le Centurion de CAPHARNAÜM] ; 21, 33-46 [Parabole des Vignerons meurtriers] ; 22, 1-14 [Parabole des invités] ; 24, 45-51 [Parabole du serviteur fidèle]; la trahison de JUDAS et le reniement de PIERRE vs la fidélité des femmes, etc. []
  96. Voir par exemple Dan JAFFÉ, « Les Sages du Talmud et l’Évangile selon Matthieu. Dans quelle mesure l’Évangile selon Matthieu était-il connu des Tannaïm ? », dans Revue de l’Histoire des religions n° 4, 2009, p. 583-611. La 19ème bénédiction, ou « bénédiction des hétérodoxes », fut ajoutée aux dix-huit Shemoné ‘Esré, ou prières du matin, afin d’exclure les Chrétiens du culte synagogal, en particulier de la fonction targumique. Cf. 13, 54 sq. []
  97. Cf. 12, 48. []
  98. Cf. 21, 43, où « nation » semble s’opposer à ISRAËL; voir aussi 23, 8-12. []
  99. Cf. 20, 1-16 ; 22, 14 [propre à Mt] ; 25, 1-13 ; Ac 8, 1.5, etc. []
  100. Cf. 5, 37 ; 6, 13.23 ; 7, 11 ; 12, 34, etc. []
  101. Cf. péricope dit du « Massacre des saints Innocents », insistance sur l’échec dans les paraboles du Royaume, etc. []
  102. Cf. 5, 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *